News monde IT

La crise oblige à se concentrer sur l’essentiel, comment les entreprises s’y emploient? Quels sont les véritables enjeux de la FoodTech pour l’agriculture et l’alimentation ?

Frenchweb.fr - 9 septembre, 2022 - 07:36

FrenchWeb.fr a proposé à des personnalités de l’écosystème de venir partager leur compréhension et analyse des sujets clés qui font l’actualité. Vous pourrez ainsi retrouver régulièrement Roxanne Varza, Jeff Clavier, Pierre Poignant, Stéphane Distinguin, Stéphanie Hospital, Patrick Bertrand et Marion Moreau: et dans ce nouvel épisode Richard Menneveux reçoit Arbia Smiti la fondatrice de Rosaly et Christian Jorge le co fondateur d’Omie&Cie pour échanger sur les sujets suivants:

  • Business, opérations, RH, finance, La crise oblige à se concentrer sur l’essentiel, comment les entreprises s’y emploient?
  • Quels sont les véritables enjeux de la FoodTech pour l’agriculture et l’alimentation ?

Listen to « La crise oblige à se concentrer sur l'essentiel, comment les entreprises s'y emploient? » on Spreaker.

N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez y participer. redaction@decode.media

Excellente rentrée à tous, et bon surf sur FrenchWeb.fr

L’article La crise oblige à se concentrer sur l’essentiel, comment les entreprises s’y emploient? Quels sont les véritables enjeux de la FoodTech pour l’agriculture et l’alimentation ? est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

Bellingcat, le « pire cauchemar du Kremlin » qui documente la guerre en Ukraine

Frenchweb.fr - 9 septembre, 2022 - 06:53

Identification des empoisonneurs de Navalny, recensement des crimes de guerre présumés en Ukraine… Le site d’investigation numérique Bellingcat est devenu en huit ans « le pire cauchemar du Kremlin », assure son directeur exécutif, le journaliste Christo Grozev, en lutte contre les lacunes du droit international.

Représentant d’un nouveau mode de journalisme fondé sur l’analyse des données accessibles à tous en ligne — l’Osint (« Open source intelligence » en anglais)– il s’exprimait lundi à Paris devant un parterre de reporters en devenir ou confirmés, conviés par l’Ecole de journalisme de SciencesPo.

« Nous étions incompétents, nous sommes devenus l’épouvantail », a déclaré le Bulgare pour résumer l’évolution de Bellingcat depuis sa création en juillet 2014 par un blogueur britannique, Eliot Higgins, entouré d’une bandes de « nerds », passionnés d’internet.

Le collectif indépendant, constitué d’apprentis enquêteurs à ses débuts, fait rapidement ses preuves avec son rapport sur le crash du vol MH17, qui a fait 298 morts dans l’est de l’Ukraine, déjà en guerre.

– Souris –

Dès novembre 2014, le site accrédite la thèse selon laquelle l’avion a été abattu par un missile russe depuis une zone contrôlée par les séparatistes pro-russes, en retraçant, sur la base de photos, vidéos et documents publics, l’itinéraire d’un lanceur Bouk venu de Koursk en Russie.

Depuis, la plateforme, qui tire son nom d’une fable où des souris s’associent pour accrocher une clochette au cou d’un chat, multiplie les révélations, notamment sur l’implication présumée des renseignements russes dans les empoisonnements de l’agent double Sergueï Skripal ou de l’opposant Alexeï Navalny.

La Russie, qui a récemment qualifié Bellingcat de « menace », le jugeant « indésirable », n’est « pas notre principal sujet d’enquête », assure à l’AFP Christo Grozev, en charge des enquêtes sur Moscou après une carrière passé dans le milieu des radios privées.

« On a enquêté sur la guerre en Syrie », au Yémen, « sur les violations des droits de l’Homme par (l’Agence européenne de garde-frontières) Frontex, par la Grèce, la Turquie, la Hongrie, sur l’extrême droite aux Etats-Unis, en Ukraine », et généralement sur « les gouvernements qui commettent des crimes parce que personne d’autre n’enquête sur eux ».

« La justice internationale a un handicap: elle repose sur l’idée que les gouvernements se préoccupent du bien-être de leurs citoyens », estime Christo Grozev.

La Cour pénale internationale – qui ne peut juger des Etats, seulement des personnes – est par exemple souvent critiquée pour son inefficacité, tandis que les juridictions des pays démocratiques peuvent difficilement collaborer avec des régimes autoritaires pour obtenir des informations.

D’où le travail de fourmi effectué par Bellingcat, qui compte 18 employés à temps plein et une trentaine de collaborateurs à travers le monde.

– Coût humain –

Concernant l’Ukraine, la plateforme s’appuie sur « deux groupes complètement différents et séparés », l’un à visée journalistique, l’autre à visée judiciaire, selon Christo Grozev.

Le premier démine notamment les fausses informations pour déterminer, par exemple, « qui a bombardé » un hôpital ou l’authenticité d’une vidéo montrant un prisonnier de guerre torturé.

L’autre, qui répertorie les crimes de guerre présumés, garde en revanche ses données pour les transmettre à terme à la cour pénale internationale ou aux « onze pays » ayant « lancé leur propres enquêtes sur le principe de la compétence universelle ».

Basé au Pays-Bas, Bellingcat est financé à 30% environ par les formations qu’il dispense à divers professionnels, à l’exclusion désormais de la police, qui « parfois utilise ses méthodes pour violer les droits de l’Homme ».

Le reste vient de donateurs privés, en particulier une loterie caritative hollandaise, sensible au travail effectué sur le crash du MH17, parti d’Amsterdam.

Le site n’accepte « plus depuis l’année dernière d’argent provenant de gouvernements » et notamment de la Fondation nationale pour la démocratie (NED), financée par le Congrès américain, insiste Christo Grozev.

La quête acharnée de vérité a aussi un « coût humain », prévient le journaliste, cible de menaces anonymes « deux fois par mois ».

Mais « l’adrénaline, le sentiment de faire ce que la justice ou les services secrets ne parviennent pas à faire », comme « les remerciements reçus tous les jours de la part de citoyens russes dans la rue », lui donnent envie de continuer.

L’article Bellingcat, le « pire cauchemar du Kremlin » qui documente la guerre en Ukraine est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

[Série A] Newsbridge lève 7 millions d’euros auprès de Supernova Invest et d’Elaia

Frenchweb.fr - 9 septembre, 2022 - 06:00

« Je dirais qu’encore aujourd’hui, 80% de l’indexation de contenus est réalisée manuellement », estime Philippe Petitpont, co-fondateur et CEO de Newsbridge. Lancée en 2016, cette plateforme cloud à destination des médias propose une technologie basée sur l’intelligence artificielle multimodale. Concrètement, elle permet à des médias et des ayants droit sportifs d’indexer automatiquement leurs contenus audiovisuels et de mieux les monétiser.

Afin d’accélérer son expansion à l’international et en particulier aux États-Unis, Newsbridge lève 7 millions d’euros auprès de Supernova Invest, avec la participation de l’investisseur historique Elaia et du business angel Dominique Edelin. La startup va également investir dans la R&D. « Nous voulons faire en sorte que l’accumulation de vidéos ne consomme pas toujours plus d’énergie », explique Philippe Petitpont. « L’enjeu pour nous est de trier ces contenus et de mettre au point une technologie de stockage et d’archivage qui va permettre de dépenser moins d’énergie ».

Fondé par deux frères, Philippe et Frédéric Petitpont, Newsbridge compte parmi ses clients des sociétés comme Brut ou l’Olympique de Marseille, et revendique une croissance qui double depuis trois ans. « L’enjeu va être désormais de scaler à l’international. Nous avions auparavant 80% de nos clients en France mais nous sommes passés à 20% de clients en France et 80% à l’international ». Pour rappel, la startup avait levé 4 millions d’euros en mars 2021 auprès d’Elaia.

Retrouvez l’interview complète de Philippe Petitpont, co-fondateur et CEO de Newsbridge :

L'actualité des levées de fonds vous est présentée en partenariat avec Junto

Gagnez rapidement en visibilité en ligne grâce à Junto,
entreprise référente sur l’achat média digital et le tracking.

L’article [Série A] Newsbridge lève 7 millions d’euros auprès de Supernova Invest et d’Elaia est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

Slush, LA conférence tech et innovation!

Frenchweb.fr - 8 septembre, 2022 - 20:00
  • Quoi? Assister à Slush est probablement le meilleur dépaysement que vous pouvez vous offrir au mois de novembre. L’évènement intimiste créé en 2008 a laissé place à l’une des conférences parmi les plus spectaculaires de l’écosystème tech mondial. Bien entendu sur la forme, ici le show a toute sa place, les speakers sont de véritables rock stars, pour les yeux et oreilles de l’assistance, mais surtout sur le fond! Slush a été créé par des étudiants qui au fil des années ont développé une communauté de passionnés et de chercheur et d’acteurs de la tech parmi les plus innovants et créatifs dans le monde entier. Ici tout l’espace est donné aux innovateurs dans la santé, l’éducation, la mobilité, l’espace.
  • En plus:  Slush c’est l’opportunité de rencontrer ceux qui font l’innovation dans le monde, qu’ils soient en entreprise, startup, laboratoire, ou les bancs de l’école, chacun se retrouve autours de discussions passionnantes.
  • Thème 2022 : Welcome to the Break of Dawn! une nouvelle ère s’ouvre après une décennie incroyable, c’est cet avenir que l’équipe de Slush nous propose de découvrir et de challenger
  • Business : Ce n’est pas un gros mot, mais il est vrai qu’ici les discussions sont actives sur ce que nous voulons faire ou non de nos technologies.
  • Qui sera là:  Une communauté de 12 000 personnes, des speakers passionnants , dont des français comme Eleonore Crespo la co fondatrice de Pigment, Kat Borlongan, la CIO de ContentSquare, ou encore Nicolas d’Audiffret le CEO d’Ankorstore. La liste des speakers est consultable sur cette page
  • Quand : les 17 et 18 novembre 2022
  • Où: En Finlande à Helsinki, pensez à venir bien équipé car s’il ne neige pas encore, le froid se fait sentir dès que le soleil disparait.
  • A quel prix? si vous êtes une startup Early Stage, profitez en c’est 395 euros HT. Pour les autres le ticketing varie de 595 euros HT à 2000 euros HT selon que vous soyez investisseur, CEO, … Bookez votre ticketing et bon séjour à Helsinki

Pour découvrir les nouveaux évènements tech et innovation à ne pas manquer, bookmarkez notre agenda, qui est très régulièrement mis à jour.

L’article Slush, LA conférence tech et innovation! est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

SaaStock 2022, la conférence des acteur du SaaS: Personio, Clerada, Clickup, UiPath, Salesroom, Sufboard…

Frenchweb.fr - 8 septembre, 2022 - 09:37
  • Quoi? Créé en 2016, Saastock c’est LA conférence à laquelle tout CEO, CRO de société qui propose ses solutions en mode Saas doit assister. Ce sont d’ailleurs plus de 5000 acteurs du logiciel qui s’y rencontrent pour échanger leurs meilleures pratiques et comment ils réussissent à améliorer au quotidien l’expérience client, leurs méthodes d’acquisition, et de fidélisation ou encore quels sont les outils qu’ils emploient.
  • En plus: SaaStock c’est l’opportunité de rencontrer de nombreux investisseurs internationaux. A un momentum où les entreprises SaaS sont très appréciées, il ne faut pas hésiter!
  • Thème 2022 : toujours le même, l’efficience! réussir à se développer, à créer de nouvelles expériences, le mieux est de bien regarder l’agenda
  • Business : non seulement vous allez apprendre de nombreuses techniques, mais vous pitcherez en permanence votre service, n’oubliez pas de bien pratiquer votre accent français que le monde nous envie (pour peu qu’ils comprennent ce que vous dites)
  • Qui sera là: Les CEO de Personio, UiPath, Deel, Pigment, Railsr, Maxio, FounderPath, Profitwell, Salesroom, Surfboard, on ne va pas tous les citer ce sont plus de 5000 fondateurs dont quelques français. La liste des speakers est consultable sur cette page
  • Quand : les 18 et 19 octobre 2022
  • Où: En Ireland, à Dublin, pays qui accueille de nombreux éditeurs de logiciel, l’attractivité fiscale et le grand nombre de talents sur place n’y sont pas pour rien!
  • A quel prix? si vous êtes une startup Early Stage (qui fait moins d’un million de dollars d’ARR) profitez en c’est 595 euros HT (à l’issue vous ferez x3). Pour les autres le ticketing varie de 1200 euros HT à 1424 euros HT selon que vous soyez investisseur, CEO, … Bookez votre ticketing et bon séjour à Dublin!

Pour découvrir les nouveaux évènements tech et innovation à ne pas manquer, bookmarkez notre agenda, qui est très régulièrement mis à jour.

L’article SaaStock 2022, la conférence des acteur du SaaS: Personio, Clerada, Clickup, UiPath, Salesroom, Sufboard… est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

Founders Future ouvre son fonds de dotations aux projets associatifs dans les domaines de l’éducation, de la santé et de la biodiversité

Frenchweb.fr - 8 septembre, 2022 - 07:52

Créé en 2018 par Marc Menasé, Founders Future, combine start-up studio et fonds d’investissement, et la société d’investissement ne manque pas de se singulariser en créant un véhicule de dotation pour accompagner les projets associatifs dans le domaine de l’éducation, de la santé et de la biodiversité.

Au delà de la dimension philanthropique de nombreuses entreprises sont néées de projets associatifs, dont les porteurs de projets se sont révélés de brillants entrepreneurs. C’est sur ce plan que Founders Future veut les accompagner pour structurer leurs projets et leur donner de premiers moyens pour amorcer leurs développement.

Founders Future pilote deux véhicules d’investissements avec sous gestion plus de 130 millions d’euros, et a investi dans des startups françaises comme Lydia, Yuka, Epycure, La Fourche, Bonsoirs, 900.care ou encore Campsider, Alma, Motto et Audion, mais aussi internationales comme Waterdrop (Autriche), B Next (Espagne),
Ezra (US), ou Taster (UK).

Pour en parler plus en détail nous recevons Sarah Corne, Partner chez Founders Future

Listen to « Founders Future ouvre son fonds d’investissement aux projets associatifs dans le domaine de l’éducation, de la santé et de la biodiversité » on Spreaker.

Vous pouvez retrouver le podcast FrenchWeb VC sur Apple PodcastSpotify, et Deezer. Si vous appréciez l’émission, n’hésitez pas à nous laisser un petit commentaire, ou une note sur Apple Podcast.

Le financement au service des entrepreneurs

Obtenez votre financement en moins de 48h avec Unlimitd

L’article Founders Future ouvre son fonds de dotations aux projets associatifs dans les domaines de l’éducation, de la santé et de la biodiversité est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

Numérisation de l’offre de tourisme, un business très convoité par les Gafa

Frenchweb.fr - 7 septembre, 2022 - 15:07

Si prendre sur internet ses billets d’avion, sa chambre d’hôtel ou son ticket d’entrée pour le Louvre est devenu banal, en revanche, réserver des activités de loisirs, vélo, kayak, excursion… pour ses vacances l’est beaucoup moins: numériser cette offre éclatée pose un défi au secteur du tourisme et attise les convoitises.

Pour pallier ce manque, la plateforme Alentour, créée il y a un an sous l’impulsion du gouvernement, propose aux voyageurs des activités proches de leur hébergement, réservables sur smartphone à leur arrivée, et « permet aux prestataires d’être réservables en ligne », explique à l’AFP Timothée de Roux, son président.

Son offre s’est étoffée grâce au rachat en mai du site de réservation en ligne d’activités de plein air Manawa.com et au partenariat noué avec le site d’e-commerce Veepee, dit M. de Roux, ex-directeur général d’Abritel HomeAway (Expedia Group).

La plateforme a aussi développé des partenariats avec les clubs de vacances Belambra et Pierre et Vacances notamment.

Alentour affiche aujourd’hui 10.000 activités connectées – sur un marché potentiel de 150.000 activités de loisirs – et dispose de 2.400 points de distribution en France (hôtels, offices du tourisme…) mais principalement en Savoie, Haute-Savoie et Côte d’Azur où elle a démarré.

Car autant « acheter en ligne ses billets pour la Tour Eiffel est aisé, autant si vous voulez prendre un cours de surf à Biarritz, c’est compliqué », les petites entreprises de location de kayak, de parapente, etc. étant peu accessibles sur internet, souligne M. de Roux.

Agréger cette myriade d’offres est un travail de fourmi, c’est pourquoi les grosses plateformes internationales type Booking ou Expédia se concentrent pour l’instant sur la « vente d’activités ultra touristiques, iconiques » – visite du château de Versailles, du musée d’Orsay… – et Alentour, qui les propose aussi, veut « faire la différence sur les petits prestataires d’activités », affirme M. de Roux, qui vise « 30.000 activités référencées dans cinq ans ».

– « Axe stratégique » pour Booking –

A La Rochelle, Marie Nevers, responsable de la base de location Air Water Loisirs, se réjouit de « la visibilité apportée » depuis quatre ans par Manawa.com et deux autres plateformes, sport-découverte.com et adrenactive.com, qui référencent ses activités nautiques (jetski, bateau, paddle…).

« On nous voit un peu plus, on a un bon référencement », dit-elle à l’AFP. « Les nouvelles générations pré-réservent souvent leurs activités avant d’arriver » et « on a quand même plus de monde en direct », note-t-elle.

Détenu majoritairement par la Banque des territoires, Alentour vise aussi à éviter que le dernier segment de la filière touristique à ne pas être numérisé ne soit « totalement dépendant des grandes plateformes américaines » qui captent « 80% des réservations hôtelières » aujourd’hui, dit M. de Roux, et qui s’intéressent de près à ce créneau.

Présent dans 154.000 destinations et 226 pays, avec 29 millions d’hébergements référencés, le géant Booking.com a commencé à proposer des activités réservables sur sa plateforme en 2016 : encore limitée, son offre compte aujourd’hui 40.000 « attractions » – visites, activités sportives, culturelles…

Son ambition est de proposer d’ici quelques mois « des activités dans 2.000 destinations » dans le monde, soit près du double de l’offre actuelle : « Nous sommes très concentrés sur cet axe stratégique, nous souhaitons faire le plus vite possible », dit à l’AFP Malena Gufflet, sa directrice générale en France.

Des partenariats avec Musement, la filiale de TUI en 2020, et Viator, celle de Tripadvisor l’an dernier, ont permis à Booking d’étoffer son offre; le site veut nouer « d’autres partenariats avec de grands groupes spécialisés » mais aussi référencer des attractions de structures indépendantes.

« Les voyageurs cherchent vraiment une offre multiple, complète, avec le vol, le transport, l’attraction…et que tout soit relié à un réseau de paiement : c’est ce que nous offrons », affirme Mme Gufflet.

Interrogé par l’AFP, le concurrent Expedia a indiqué ne pas communiquer sur le sujet.

De leur côté, les régions innovent, avec l’appui des Comités régionaux du tourisme (CRT) pour mettre en valeur leur offre touristique. L’Ile-de-France a lancé trois applications: le jeu de pistes « Paris Région Aventure » pour les enfants, les parcours dans la nature « Bougeott » et un carnet de voyage personnalisé.

« Quand vous arrivez dans les points d’information tourisme des aéroports, de Versailles ou de Disneyland opérés par le CRT, vous dites que vous adorez le sport, le Moyen-Age ou les impressionnistes, et on vous fait un carnet de voyage digital qui correspond à vos envies », a expliqué Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France, lors d’un récent bilan touristique.

L’article Numérisation de l’offre de tourisme, un business très convoité par les Gafa est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

Tout ce que vous n’apprendrez pas ce soir à la keynote d’Apple

Frenchweb.fr - 7 septembre, 2022 - 10:35

Si Apple s’apprête à annoncer comme à chaque keynote de rentrée ses nouveaux produits, voici quelques informations pour mieux comprendre où en est la firme de Cupertino

  • 2022 devrait être une année exceptionnelle: au Q3 2022, Apple réalise un CA de 83 milliards de dollars ce qui est son record trimestriel (+2% vs 2021 qui était lui-même exceptionnel car en progression de 36% vs 2020)
  • Pour ce trimestre le chiffre d’affaires se répartit ainsi;
    • Le chiffre d’affaires iPhone: 40,7 milliards de dollars
    • Le chiffre d’affaires Mac: 7,4 milliards de dollars
    • Le chiffre d’affaires iPad 7,2 milliards de dollars
    • Le chiffre d’affaires Wearables & Accessories: 8,1 milliards de dollars (en baisse de 8% vs 2021)
    • Le chiffre d’affaires Services: 19,6 milliards de dollars (+12%) Apple enregistre 860 millions d’abonnements
  • Alors que les vents contraires affectent les GAFAM, le business model d’Apple aux dépenses d’investissement “light”, permet à la firme de Cupertino de mieux maîtriser son cash flow qui croit de 7%
  • Apple est le GAFAM qui retourne le plus d’argent à ses actionnaires grâce à son programme de rachat d’actions particulièrement musclé.
  • Si le 3 janvier 2022 Apple a dépassé pour la 1ère fois les 3000 Milliards de dollars, la capitalisation boursière de la société est ce jour de 2,48 billions $
  • Sur le marché des smartphones, Apple est numéro 2 avec 16 % du marché après Samsung qui détient 22 % de parts de marché. Toutefois Apple vient de passer le seuil des 50% aux Etats Unis
  • Apple TV + atteint les 6,2% de la part de marché mondiale des plateformes de streaming (vs HBO Max 7 %, Disney+ 18,2%, Amazon Prime Vidéo 24,3 % de part de marché, Netflix 27,3 %)
  • Le taux de rétention d’Apple est juste incroyable et atteint les 92%

Apple accentue son offensive sur les marchés:

  • de la santé / bien-être avec un mix produits / services qui se renforce
  • de l’automobile même si le projet de véhicule autonome Titan est encore au garage, AppleCar devient une solution complète à destination des constructeurs automobiles.
  • dans la publicité où Apple détient une part de marché dérisoire vs son potentiel. (de nombreux recrutements sont d’ailleurs en cours)

A noter que face à la crise, Tim Cook a décidé de limiter les embauches de l’ensemble et a licencié cet été un grand nombre de consultants en recrutement.

Côté annonces, sont attendus :

  • L’Iphone 14 décliné en 4 modèles
  • L’Apple Watch pro
  • Les AirPods 4

Ne sont pas attendus les nouveaux iPads et ordinateurs dont les annonces devraient intervenir lors d’une autre keynote dans plusieurs semaines.

Pour suivre la keynote d’Apple, c’est sur le site dédié de la firme de Cupertino. Nous vous recommandons l’excellente couverture de nos amis d’On refait le Mac qui sera également en direct à 19h.

L’article Tout ce que vous n’apprendrez pas ce soir à la keynote d’Apple est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

Resilience : réinventer la façon de soigner le cancer

Frenchweb.fr - 7 septembre, 2022 - 10:00

C’est lors de la conférence annuelle de Zendesk à Paris que Céline Lazorthes nous a présenté Resilience Care au cours d’une session avec Richard Menneveux, rédacteur en chef de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE Media

Il y a 14 ans, alors étudiante, Céline Lazorthes coordonne le week-end d’intégration de son école de commerce. Fastidieux semble-t-il, parce que de ce projet lui vient l’idée de créer Leetchi, une plateforme faisant office de cagnotte en ligne. En 2015, Leetchi est racheté plus de 50 millions par le groupe Crédit Mutuel Arkéa. Céline Lazorthes demeure alors Présidente du Directoire du groupe Leetchi jusqu’en novembre 2020. Et il n’aura fallu que deux mois à l’entrepreneuse pour… replonger dans l’entrepreneuriat. Richard Menneveux interroge Céline sur ce choix.

Mes amis ne me connaissent pas !

Céline Lazorthes : “J’ai vécu 10 ans d’une vie entrepreneuriale passionnante mais assez éreintante. J’ai eu la chance que cela se finisse par le haut, mais franchement cela aurait pu se finir par le bas.

Quelle vie après l’aventure Leetchi ? 

Ses amis lui disaient « qu’évidemment elle allait remonter une boïte », elle-même se sentait épuisée. « Mes amis ne me connaissent pas ! », pensait-elle à cette époque…

Trois choses lui ont donné l’envie de fonder à nouveau une entreprise : un certain état d’esprit ( “ Entrepreneur un jour, entrepreneur toujours “), la rencontre professionnelle avec Jonathan Benhamou, créateur de PeopleDoc (“ Il est sorti au même moment que moi, une très belle réussite”) et la crise de la Covid. 

« En mars 2020, sous l’impulsion de Thomas Clozel, fondateur de Owkin, nous avons créé un collectif, Protège ton soignant, pour récolter de l’argent pour acheter du matériel médical et le livrer dans les centres médicaux », explique l’entrepreneuse. « Le phénomène a pris une ampleur considérable puisqu’en quelques semaines, nous avons été 200 volontaires à temps plein, tous organisés par Whatsapp. Au total, nous avons récolté 7,5 millions d’euros, et aidé 400 établissements médicaux partout en France. Ce fut durant 5 mois une aventure humaine extraordinaire. Cela nous a donné l’envie d’entreprendre ensemble et de constater qu’il y avait tout à réinventer dans le secteur de la santé, et que servir les autres rejoignait nos attentes »

Qu’est-ce que la Résilience ?

Résilience est une application de télésurveillance thérapeutique des patients à distance, prescrite par l’oncologue. « Nous avons créé Résilience avec l’Institut Gustave Roussy, basé à Villejuif, qui est le 5ème centre de lutte contre le cancer dans le monde ».

Pourquoi Resilience ?

« Les patients atteints d’un cancer sont de plus en plus chez eux, et ils suivent un traitement en grande partie oral. C’est confortable d’être chez soi mais ce sont des traitements qui ont beaucoup d’effets secondaires. il faut pouvoir joindre son équipe de soin. Or à l’hôpital, personne n’est en mesure de vous répondre. Résultat, 30% des patients sont non adhérant à leurs traitements, parce qu’ils ont des effets secondaires et ont peur : ils ne le prennent pas et attendent le prochain rendez-vous qui est 3 ou 6 mois plus tard. Les conséquences peuvent être graves ». 

L’expérience utilisateur

Un sms est envoyé au patient chaque semaine. Celui-ci va répondre à quelques questions. En fonction des effets secondaires saisis par le patient sur l’appli et transmis à l’équipe de soins qui assure le suivi, le patient va être guidé vers des contenus personnalisés – articles, vidéos, podcasts. 

« Nous allons aussi lui proposer de participer à des soins-support, groupes de parole ou à notre programme de méditation et de yoga, créés par Résilience, qui va lui permettre d’avoir une meilleure qualité de vie », précise la cofondatrice.

« L’algorithme va trier les données des patients et donner l’alerte s’ il y a certains symptômes qui, cumulés, selon l’algorithme, sont un facteur de risque pour le patient de rechute ou de complications ».

La mission de  Résilience  

« Le patient voit son oncologue entre cinq et sept minutes en moyenne. C’est impossible pour lui de comprendre la maladie, le traitement, les effets secondaires. Si un oncologue voyait une fois par trimestre ses patientes – ce qui n’est pas beaucoup – il lui faut 120 rendez-vous par jour ». « Ce que l’on veut démontrer, c’est que ce support que l’on développe est comme un médicament, il va permettre de sauver des vies. Nous sommes comme un laboratoire pharmaceutique, mais digital. Nous sommes convaincus qu’avec toutes ces données, et c’est bien notre travail, on est capable de prédire le risque de toxicité d’un traitement, en fonction de qui est le patient et de ses comportements ».

« Aujourd’hui, un laboratoire développe un médicament et après son approbation, elle le distribue à un million de personnes. Nous voulons inverser cela :  on a un million de patients, et on va faire un médicament pour chaque patient. Ceci est permis grâce au digital et à la donnée ».

Des bénéfices d’une valeur inestimable

« Cela permet de fluidifier le parcours du patient qui se sent davantage accompagné, de décharger les établissements médicaux – et nous savons qu’ils connaissent tant le phénomène de grande démission – et de permettre à l’oncologue de faire son travail au moment où cela est nécessaire ».

Le canal choisi

Les outils qui relient l’oncologue et le patient, via l’application, sont très simples : sms, notifications, CRM conversationnel. « L’essentiel est de coller aux usages ». 

Sécurisation des données

« Résilience est entrepôt de données de santé. Il y a 5 entreprises qui le sont en France – Doctolib ne l’est pas, par exemple. Cela nous permet de collecter des données, de les conserver pendant 15 ans et de faire la recherche et nous nous engageons bien évidemment à ne pas les commercialiser ces données ».

Business model

« On sera remboursé comme un médicament – d’un montant de 600 euros par patient, ce qui permet d’avoir un premier business model. Ensuite notre conviction c’est qu’avec nos données, nous allons pouvoir donner au patient le meilleur traitement en fonction de qui il est ». 

« La France est précurseur : la téléconsultation est entrée dans le droit commun en 2022 ». 

Resilience s’entoure des partenaires les plus prestigieux

Gustave-Roussy est actionnaire fondateur de Résilience, avec 5% du capital au départ. “ Nous collaborons avec leurs chercheurs, et sommes désormais copropriétaires de leur étude CAPRI, l’une des premières expérimentations de télésurveillance pour le cancer. Mais nous travaillons aussi avec d’autres centres hospitaliers” 

Une levée de fonds en janvier dernier

La startup a annoncé en janvier dernier une nouvelle levée de fonds auprès de Cathay Innovation et Singular d’un montant de 40 millions d’euros, ce qui porte à 45 millions d’euros levés depuis sa création. Pour accélérer son développement la startup a déjà fait plusieurs acquisitions : 

Ana Health, plateforme de suivi de patients en oncologie et Betterise, spécialisée dans la télésurveillance et le suivi thérapeutique, en novembre dernier.

Combien sont-elles, des serial-entrepreneuses de la stature de Céline Lazorthes, avec la particularité d’épouser son époque dans sa volonté et celle de son associé  Jonathan Benhamou, de « servir les autres » ?

Zendesk a lancé la révolution de l’expérience client en 2007 en donnant aux entreprises du monde entier les moyens de se doter d’un service client en ligne. Tout à coup, les occasions de converser avec le consommateur et le client se sont démultipliées. 

Lors de son événement phare à Paris, le 9 juin, Zendesk a dévoilé de nouvelles solutions fournissant une assistance intelligente, en temps réel et basée sur les données, qui placent toujours plus les conversations au centre de la gestion de la relation client. Zendesk a rappelé à quel point le digital est aujourd’hui le meilleur moyen d’accéder directement aux consommateurs, que la simplicité est primordiale et que le relationnel est ancré dans les conversations. 

Digital, simplicité, relationnel sont exactement les piliers sur lesquels repose Résilience, la nouvelle entreprise co-créée par Céline Lazorthes.

 

 

L’article Resilience : réinventer la façon de soigner le cancer est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

Ubisoft, une saga française au coeur de toutes les convoitises

Frenchweb.fr - 7 septembre, 2022 - 07:50

Ubisoft, entreprise française fondée en 1986 par la fratrie Guillemot, est devenu un géant du jeu vidéo, présent dans une cinquantaine de pays dans le monde, au coeur des convoitises des plus grandes entreprises mondiales du divertissement. Retour sur cette saga en 5 grandes dates:

1986: naissance en Bretagne

La saga Ubisoft est d’abord l’histoire d’une fratrie, celle des cinq frères Guillemot, issus d’une famille de revendeurs de machines agricoles à Carantoir, en Bretagne.

Ils lancent en 1986 une entreprise revendant des jeux vidéo importés, laquelle devient rapidement un studio indépendant de création: Ubisoft.

En plus de trois décennies, la petite entreprise est devenue l’un des principaux studios indépendants mondiaux et le fer de lance de la production vidéoludique en France, avec un chiffre d’affaires de 2,125 milliards d’euros sur son exercice 2021-2022.

1995: la sensation « Rayman »

En 1994-1995, Ubisoft monte ses premiers studios de création en France et en Roumanie. C’est à cette époque que la société lance l’un de ses jeux vedette, « Rayman », sous la houlette du créateur Michel Ancel.

Petit personnage sans bras ni jambes, Rayman fait sensation, au point de devenir l’un des jeux français les plus vendus au monde avec plusieurs millions d’exemplaires écoulés.

Le début d’une ascension permise ensuite notamment par la création et l’exploitation de franchises largement identifiées par le grand public: « Les Lapins Crétins », « Assassin’s Creed », »Far Cry », « Just Dance », « Rainbow Six » ou « Prince of Persia ».

Pour s’affranchir un peu du caractère très cyclique des revenus tirés des jeux, Ubisoft s’est aussi lancé dans une stratégie de diversification, passant par la déclinaison de certains de ses jeux en films et séries.

2015: l’assaut de Vivendi repoussé

Introduction en Bourse, ouverture de nombreux studios à l’international, création de Gameloft, spécialisé dans les jeux vidéo pour mobiles sous la houlette de Michel Guillemot… Ubisoft attaque les années 2000 plein de projets.

Mais en 2015, le groupe voit débouler un nouvel actionnaire inattendu: le groupe Vivendi de Vincent Bolloré, qui monte jusqu’à 25% du capital un an plus tard, avec la volonté affirmée de prendre le contrôle de l’éditeur.

Face à la résistance acharnée de la famille Guillemot, Vivendi finira par vendre une partie de sa participation en mars 2018 au chinois Tencent (à hauteur de 5%) et au fonds de pension Ontario Teachers, avant de céder le reliquat un an plus tard.

Si l’essentiel est sauf pour Ubisoft, la famille Guillemot perd des plumes: Gameloft est définitivement cédé « à regret » à Vivendi en juin 2016.

2020: scandale de harcèlement sexuel

Après l’assaut actionnarial, des accusations de harcèlement sexuel viennent ébranler un groupe qui se voulait inclusif: de multiples témoignages d’employées et d’ex-employées du groupe dénonçant un harcèlement visent plusieurs de ses cadres pendant l’été 2020.

Conséquences: plusieurs dirigeants du groupe sont poussés vers la sortie ou démissionnent, dont le numéro deux du groupe, Serge Hascoët, à la tête de la création chez Ubisoft depuis 20 ans, ainsi que la directrice des ressources humaines et le patron des studios canadiens.

L’entreprise, qui compte 18.000 salariés dans le monde, a lancé plusieurs enquêtes internes, promettant de modifier profondément sa culture d’entreprise afin d’offrir « un environnement de travail sûr », selon son patron, Yves Guillemot.

Mais la réputation du groupe est écornée…

2022: le groupe chinois Tencent en appui de la famille Guillemot

L’année 2022 a été faste dans un marché du jeu vidéo en pleine consolidation.

En janvier, Microsoft a notamment lancé les grandes manœuvres avec le rachat de l’éditeur américain Activision Blizzard pour 69 milliards de dollars, soit la plus importante opération de fusion-acquisition de l’histoire du secteur.

Avec son portefeuille de séries populaires comme « Assassin’s Creed » ou « Rayman », Ubisoft est alors perçu comme une cible de choix, avec une valorisation modeste de 5,3 milliards d’euros.

Mais le géant chinois du divertissement Tencent, entré au capital de l’éditeur français en 2018, en prenant des parts dans la holding familiale des Guillemot mardi et en agissant désormais de concert avec les fondateurs, a renforcé l’emprise de ces derniers sur Ubisoft.

L’article Ubisoft, une saga française au coeur de toutes les convoitises est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

BeReal, une app anti Instagram créée par deux français

Frenchweb.fr - 7 septembre, 2022 - 07:29

Un selfie et une photo de son environnement à une heure différente chaque jour: c’est le principe de BeReal, un réseau social créé par deux Français, qui promet une expérience sans filtre, loin du vernis d’Instagram.

Dès la réception de la notification quotidienne, les utilisateurs ont 2 minutes pour lancer l’application et photographier le lieu où ils se trouvent. Leurs amis peuvent réagir en mimant des emojis comme un pouce levé, une moue surprise ou un visage hilare.

Dans le mode « Découverte », des photos d’utilisateurs défilent de manière aléatoire: l’une montre une partie de billard en cours, une autre la caisse d’un fast-food, une troisième une vidéo diffusée sur un ordinateur.

Lancée en 2020, la plateforme cartonne depuis quelques mois, en particulier chez la génération Z, née entre la fin des années 1990 et le début des années 2010. Elle totalise près de 35 millions d’installations, selon des données fournies par le cabinet spécialisé data.ai.

BeReal était même début septembre l’application mobile la plus téléchargée aux Etats-Unis (iOS et Google Play confondus) et figurait dans le top 3 en France et au Royaume-Uni.

Malgré sa popularité, la start-up parisienne verrouille sa communication et ses dirigeants n’accordent pas d’interview aux médias. En guise de réponse à une demande de l’AFP, BeReal a fait parvenir une succincte fiche d’information détaillant le fonctionnement de l’application.

Sur le profil LinkedIn des cofondateurs, Alexis Barreyat et Kévin Perreau, on apprend qu’ils ont étudié à l’école de codage informatique « 42 », créée et financée par le milliardaire Xavier Niel, et qu’ils sont tous deux amateurs de sports extrêmes.

M. Barreyat, originaire de la Drôme, a notamment travaillé pour le fabricant de caméras d’action GoPro avant de créer BeReal, qui emploie actuellement une centaine de salariés.

A l’été 2021, la start-up a levé 30 millions de dollars auprès de plusieurs investisseurs, dont les fonds de capital-risque Andreessen Horowitz, DST, Accel et Kima Ventures, la holding spécialisée dans le capital d’amorçage de Xavier Niel.

Selon le site spécialisé Business Insider, un nouveau tour de table était en cours de closing en mai en vue de lever 85 millions de dollars supplémentaires avec DST Global le fonds d’investissement du milliardaire russe Yuri Milner en lead, valorisant la société à 600 millions de dollars. L’aboutissement de cette levée de fonds n’a pas été confirmé.

– Montrer son vrai visage –

Selon le directeur de Kima Ventures, Jean de la Rochebrochard, l’idée de BeReal est venue à Alexis Barreyat lors d’un tournage pour GoPro d’une démonstration de VTT.

« Alors qu’il vivait l’instant, il a été surpris de voir autant d’influenceurs s’activer pour mettre en scène leurs vies avec d’innombrables photos et stories, en essayant des dizaines de filtres et en ratant entièrement le spectacle », a écrit M. de la Rochebrochard sur son blog.

« Cela rendait même certains d’entre eux et leur public malheureux. »

Selon Carolina Milanesi de Creative Strategies, l’attrait pour BeReal vient précisément d’un besoin d’authenticité en réaction aux images trop parfaites d’un réseau comme Instagram.

« Les gens sont fatigués des portraits parfaitement lisses qui ne reflètent pas la vie réelle », décrit l’analyste.

« Pour les membres de la génération Z, cela semble être un terrain fertile étant donné qu’ils veulent montrer qui ils sont, à quoi ressemble vraiment leur vie et comment ils se débrouillent », ajoute-t-elle.

L’article BeReal, une app anti Instagram créée par deux français est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

[Seed] MedTech : Allisone lève 10 millions d’euros pour sa solution d’IA à destination des dentistes

Frenchweb.fr - 6 septembre, 2022 - 15:38

Allisone boucle une levée de fonds de 10 millions d’euros menée par C4 ventures, fonds VC européen créé par Pascal Cagni (Formlabs, DriveNets), avec la participation de Samaipata (Matera, Foodcheri…). L’équipe de direction composée de Cédric Turquem, ex-Head of Sales de Doctolib et cofondateur d’Allisone, et Sacha Samama; CTO et cofondateur d’Allisone, contribuera à accélérer le développement de l’entreprise.

Fondée en 2021 par Lionel Elbaz, Allisone permet de faciliter la compréhension des patients vis-à-vis de leur santé bucco-dentaire et donc d’améliorer la prévention, ainsi que de réduire les tâches administratives du praticien pour remettre le soin au cœur de la relation dentiste-patient.

La startup ambitionne de démocratiser la solution en Europe avec l’ouverture prochaine de l’Italie, la France, l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Allemagne, et l’ambition d’accompagner 3 000 dentistes d’ici la fin de l’année. Recruter 50 talents et atteindre les 80 collaborateurs d’ici début 2023.

  • Société: Société par actions simplifiée, enregistré au Registre de Commerce et des Sociétés de Nanterre B 898 985 858
  • Fondateur: Lionel Elbaz
  • Date de création: 2021
  • Siège: Neuilly-sur-Seine, Ile-de-France
  • Activités: solution d’IA à destination des dentistes
  • Nombre de collaborateurs: 30
  • Phase de financement: Seed
  • Valorisation: NC
  • Capitaux levés: 10 millions d’euros
  • Investisseurs: C4 ventures et Samaipata
  • Compétiteurs directs:
  • Compétiteurs indirects: Doctolib, MonDocteur
Contacts

L'actualité des levées de fonds vous est présentée en partenariat avec Junto

Gagnez rapidement en visibilité en ligne grâce à Junto,
entreprise référente sur l’achat média digital et le tracking.

L’article [Seed] MedTech : Allisone lève 10 millions d’euros pour sa solution d’IA à destination des dentistes est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

Webedia cède sa participation dans PourDeBon.com à GEOPOST / DPD Group

Frenchweb.fr - 6 septembre, 2022 - 10:42

PourdeBon.com permet de commander des produits alimentaires en ligne directement auprès de commerçants (fromagers, traiteurs…) ou de producteurs et de se les faire livrer à domicile. La startup a été créé par Nicolas Machard et Cyril Schwartz en juillet 2016 avec au capital Chronopost et Webedia.

Depuis sa création la société a enregistré des pertes que son activité n’a pu compenser et qui l’ont conduites à deux recapitalisations en 2018 et 2019 auprès de ses deux actionnaires historiques pour un montant de plus de 5 millions d’euros.La startup ambitionnait de réaliser une levée de fonds fin 2020 mais n’aura pas réussi à convaincre des fonds d’investissements pour la financer. C’est par conséquent Geopost/DPDgroup, la branche colis express de La Poste, qui reprend en main l’entreprise

« Après avoir accompagné le lancement de la société en 2016 avec une prise de participation minoritaire au capital au travers de Chronopost, GeoPost/DPDgroup prend désormais le contrôle de Pourdebon.com et poursuit ainsi son développement dans le secteur alimentaire », a indiqué Geopost dans un communiqué.

Le montant de l’opération n’a pas été communiqué.

Geopost/DPDgroup est déjà présent dans ce secteur grâce à l’acquisition l’an dernier de 88,9% de la start-up epicery, qui permet de passer commande auprès de ses commerçants de quartier. Il détient aussi les sociétés de livraison Stuart ainsi que SEUR Frío en Espagne, Chronofresh en France et DPD fresh en Belgique.

Avec cette nouvelle opération, « nous poursuivons notre développement sur ce segment en forte croissance et avec un grand potentiel », a déclaré Yves Delmas, directeur général de GeoPost/DPDgroup, cité dans le communiqué.

De son côté, Pourdebon.com espère grâce à ce rapprochement « accélérer sa notoriété et (…) soutenir toujours plus de producteurs » ou encore développer une plateforme pour les professionnels de la restauration et de l’épicerie, selon son Fondateur et Directeur Général Nicolas Machard.

Suite à notre article, Nicolas Machard nous précise qu’en « 2020 nous réalisons plus de 450% de croissance vs 2019. De nombreux fonds commencent alors à sérieusement s’intéresser à nous et me sollicitent… Alors, j’ai accepté de rencontrer certains d’entre eux, (et également des industriels), pour tester leur appétence, mais je discutais déjà avec Geopost en 2020. Je n’ai donné suite a aucune rencontre contrairement à ce que vous écrivez. Revenir à 100% dans le giron de Geopost est tout simplement le sens de notre histoire, ce que l’on a réussi à faire en 5 ans on le doit en grande partie à Chronofresh, la logistique est Le facteur clé de notre succès. »

L’article Webedia cède sa participation dans PourDeBon.com à GEOPOST / DPD Group est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

Instagram écope d’une amende de 405 millions d’euros de la part de la Commission irlandaise pour la protection des données

Frenchweb.fr - 6 septembre, 2022 - 08:41

Après Facebook, c’est le réseau social Instagram, qui écope d’une amende record de 405 millions d’euros pour des manquements au traitement des données des mineurs, a annoncé lundi le régulateur irlandais, qui agit au nom de l’Union européenne.

« Nous avons adopté notre décision finale vendredi dernier et elle prévoit une amende de 405 millions d’euros. Les détails seront publiés la semaine prochaine », a indiqué un représentant de la Commission irlandaise pour la protection des données (DPC) à l’AFP.

Cette décision est la plus sévère infligée par cette autorité depuis 2018, quand le Règlement général sur la protection des données » (RGPD) a donné plus de pouvoir aux régulateurs pour protéger les consommateurs face à la domination de Facebook, Google, Apple et Twitter.

La Commission irlandaise pour la protection des données (DPC), équivalent de la Cnil française, supervise pour le compte de l’UE Facebook, puisque ce dernier a son siège régional en Irlande.

Le régulateur avait ouvert une enquête fin 2020, pour déterminer si l’application avait mis en place les garde-fous nécessaires pour protéger les données des utilisateurs, surtout s’il s’agit de mineurs, alors qu’il faut avoir au moins 13 ans pour ouvrir un compte sur Instagram.

La DPC s’inquiétait notamment que les utilisateurs de moins de 18 ans aient trop facilement la possibilité de basculer vers un compte professionnel. Ce type de compte exige des utilisateurs qu’ils rendent publiques leurs coordonnées, ce qui signifie qu’elles sont visibles de tous sur le réseau social.

Le régulateur reprochait aussi à Instagram que le contenu des comptes des mineurs ait été ouvert par défaut à certains moments à tous les utilisateurs et non restreint aux seuls abonnés approuvés.

Un porte-parole de Meta a indiqué au média RTE que le groupe comptait faire appel, soulignant que l’enquête s’était penchée sur des réglages modifiés depuis un an.

L’article Instagram écope d’une amende de 405 millions d’euros de la part de la Commission irlandaise pour la protection des données est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

FrenchWeb Talents : Rencontre avec Anne-Claire Le Hénaff, Engineering Manager chez la startup quantique Pasqal

Frenchweb.fr - 6 septembre, 2022 - 08:00

Analyser les besoins techniques tout en coordonnant son travail avec le projet de l’entreprise, c’est l’objectif de l’Engineering Manager, une profession qui varie selon les entreprises. Pour en parler, nous avons rencontré Anne-Claire Le Hénaff, Engineering Manager chez la startup quantique Pasqal, qui travaille sur la construction d’un nouvel outil web.

« Je travaille sur l’aspect software et la construction d’une plateforme cloud qui permettra aux utilisateurs de lancer des calculs sur un ordinateur quantique », explique Anne-Claire Le Hénaff, pour qui la dimension sociale et l’impact de son travail dans la société importent. « L’avantage d’être dans une entreprise est de pouvoir décupler sa capacité à avoir de l’impact. La technologie quantique va permettre d’augmenter la capacité de calcul dans certains domaines, notamment dans la recherche pharmaceutique ou dans l’énergie pour mieux se servir de nos ressources. »

Chez Pasqal depuis janvier 2022, elle manage à ce jour une équipe de 6 personnes pour déployer cette nouvelle plateforme. « Pasqal se développe très vite, l’équipe que je manage est amenée à grandir et à se diviser en sous équipes », précise-t-elle.

Interaction entre le hardware et le software

Ingénieure de formation, elle sort diplômée de l’École Polytechnique et du MIT (Massachusetts Institute of Technology) avant de faire ses armes chez Zoox, une startup américaine rachetée par Amazon pour plus d’un milliard de dollars en 2020. C’est au sein de cette startup spécialisée dans le développement de taxis autonome qu’Anne-Claire s’épanouit au poste de AI Verification Engineer.

« Dans les taxis autonomes, il y avait cette interaction entre le hardware et le software. C’est quelque chose qui me plaisait beaucoup et que j’ai retrouvé chez Pasqal. La partie hardware y est extrêmement développée car c’est le cœur de la technologie, mais il y a également des applications software en termes de développement d’algorithmes ».

Parmi ses modèles et mentors, elle cite son professeur au MIT et Aicha Evans, CEO de Zoox. Cette Française a impulsé une nouvelle dynamique à la startup dès son arrivée. « Elle nous a montré comment on pouvait réaliser quelque chose qui semblait impossible. Le domaine des taxis autonomes est extrêmement difficile et aujourd’hui des ingénieurs sont en train d’y arriver ».

« De ce que j’ai pu constater, l’Europe est à la pointe, en compétition directe avec les États-Unis »

Dans le secteur du quantique, les géants de la Tech se bousculent, en particulier aux États-Unis où des entreprises comme Microsoft, IBM ou Google se sont positionnées. « De ce que j’ai pu constater, l’Europe est à la pointe, en compétition directe avec les États-Unis », commente l’Engineering Manager chez Pasqal, qui revient sur les différentes technologies sur lesquelles reposent le quantique.

« Pasqal est basé sur la technologie des atomes neutres, certaines sur les technologies à base d’ions, etc. Ça en fait un domaine très divers dans lequel on ne sait pas encore quelle technologie restera dans des dizaines ou vingtaines d’années à venir ».

Retrouvez l’interview complète d’Anne-Claire Le Hénaff, Engineering Manager chez Pasqal :

L’article FrenchWeb Talents : Rencontre avec Anne-Claire Le Hénaff, Engineering Manager chez la startup quantique Pasqal est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

AMAZON: Les coulisses de l’acquisition d’iRobot, le fabricant des aspirateurs Roomba, qui ne font pas qu’aspirer les poussières.

Frenchweb.fr - 5 septembre, 2022 - 10:30
  • Le marché des aspirateurs robotisés est évalué à 6.01 milliards de dollars en 2021 et pourrait atteindre les 15 milliards d’ici 2028 selon ResearchAndMarkets.com
  • Les principaux acteurs des aspirateurs robotisés sont #irobot , #Ecovacs Robotics, #Xiaomi#Roborock.
  • Avec 40 millions d’iRobots actuellement opérationnels dans le monde, le constructeur est leader du marché. iRobot espère réaliser en 2022 1.64 milliards de dollars de chiffre d’affaires
  • Avec une offre très aggressive comme Amazon l’a fait pour déployer Echo ou ses Kindles, le nombre de robots aspirateurs pourrait être démultiplié par rapport à toutes les estimations actuelles.
  • Mais pour #Amazon, cette acquisition est surtout une affaire de données personnelles.
  • Le fondateur d’iRobot, Colin Angle expliquait en 2017 que ses aspirateurs ne se contentaient pas d’aspirer la poussière mais captaient de nombreuses informations lors de leurs utilisations.
  • Les aspirateurs d’iRobot collectent des données au fur et à mesure qu’ils nettoient, identifient l’emplacement de vos murs et de vos meubles. Des informations à priori pratiques pour effectuer un nettoyage efficace, mais qui peuvent aussi indiquer vos modes de vie, si vous avez des enfants, et vos habitudes quotidiennes.
  • Le modèle Roomba J7 est doté d’une caméra frontale associée à des technologies d’intelligence artificielle, votre robot pourrait permettre d’identifier tout ce qui est ou se passe dans votre domicile.
  • Dotés d’autres capteurs et équipés des technologies maison, Amazon pourrait renforcer massivement sa captation de data.
  • Selon le rapport financier d’iRobot pour le 1er trimestre 2022, 14.9 millions d’utilisateurs iRobot ont accepté le partage de leurs données.
  • Après Blink (90 millions $ en 2017), Ring (1.2 milliards $ en 2018), Eero (97 millions $ en 2019), Amazon continue à enrichir son offre et ecosystème “Smart Home”
  • Enfin si Amazon offre une prime de 22% sur la cotation d’iRobot en signant un deal à 1.7 milliards de $, cela reste une bonne affaire, la valorisation d’iRobot était de 2.5 milliards il y a 1 an.

L’article AMAZON: Les coulisses de l’acquisition d’iRobot, le fabricant des aspirateurs Roomba, qui ne font pas qu’aspirer les poussières. est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

Les événements tech et innovation à ne pas manquer en 2022

Frenchweb.fr - 5 septembre, 2022 - 08:00

CES, NRF, SXSW, F8, Slush, le panorama des événements dans la tech est complètement rebattu. Pour vous aider à mieux identifier les conférences, salons professionnels, festivals, et meet up à ne pas manquer, nous avons revu complètement notre short list:Innovants, inspirationnels, FrenchWeb a sélectionné les événements qui feront la différence en 2022

Cette liste sera régulièrement mise à jour, n’hésitez pas à la bookmarker. Si vous souhaitez communiquer auprès de notre communauté sur un évènement que vous organisez, vous pouvez l’enregistrer sur cette page

Vous pouvez retrouver de nombreux évènements organisés par la communauté FrenchTech sur l’agenda de FrenchWeb

Les conférences tech incontournables

 

L’article Les événements tech et innovation à ne pas manquer en 2022 est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

FrenchWeb Talents : À la rencontre de Sophie Cahen, l’ingénieure à la tête de Ganymed Robotics

Frenchweb.fr - 5 septembre, 2022 - 08:00

Ingénieure de formation, Sophie Cahen a fondé en 2018 Ganymed Robotics, une startup déployant un robot chirurgical dédié à l’orthopédie. Diplômée d’un Masters Degree in Engineering à CentraleSupélec, elle travaille dans de nombreux domaines d’activité avant d’entamer un MBA Candidate à l’INSEAD (Institut européen d’administration des affaires) en 2016, qui lui permet d’aborder le monde de la création d’entreprise avec plus de confiance.

« Lorsque j’ai créé l’entreprise, j’étais toute seule à être opérationnelle », nous raconte Sophie Cahen. « Il a fallu recruter des gens, lever des fonds, me former sur le métier et le secteur, diriger une équipe de R&D… Aujourd’hui nous avons évolué. Mon rôle est maintenant d’apporter la vision, le financement et essentiellement d’être la garante d’une certaine culture d’entreprise, qui vise à ce que les gens qui travaillent chez nous en soient heureux et fiers. »

C’est ce parcours qui a fini par la pousser, par hasard, à se lancer dans le secteur périlleux de la santé. Un challenge qu’elle a pourtant souhaité relever après sa rencontre avec des chirurgiens et des experts de la robotique. « La santé, c’est un peu un hasard », nous confirme la CEO de Ganymed Robotics. « J’ai eu la chance de rencontrer des chirurgiens qui avaient envie de monter le projet, et j’avais de mon côté l’envie de revenir à mes premières amours : la technique et l’ingénierie. » 

« Être une entreprise performante, sans écraser l’humain »

Avec Ganymed Robotics, l’entrepreneuse entend apporter sa contribution à la société (en démocratisant l’accès à des soins chirurgicaux de qualité) dans sa mission comme en interne. « L’une de mes ambitions en tant que CEO est de démontrer que l’on peut être une entreprise performante, ‘successful’, sans écraser l’humain, mais au contraire en leur permettant d’exprimer leur génie individuel et leur personnalité ». 

« En tant que citoyen, qu’individu et peut-être a fortiori en tant que chef d’entreprise, nous avons un peu plus de pouvoir et de responsabilité. Au niveau de l’entreprise, l’une des ambitions du projet est de démocratiser l’accès à des soins chirurgicaux de qualité. » En effet, Ganymed Robotics échange avec des chaînes d’hôpitaux, en Inde notamment, afin de résoudre un problème urgent : comment opérer massivement plus de personnes avec un niveau de qualité constant. « C’est une contribution à la société dont nous sommes fiers », souligne la cheffe d’entreprise.

« En tant que collectif, on se pose très souvent la question de ce que nous voulons vivre ensemble, comment est-ce qu’on peut contribuer par exemple à l’égalité des chances lors du recrutement, s’inquiéter de notre empreinte carbone, etc. » Pour rappel, la startup a réalisé en juillet dernier une série B de 21 millions d’euros afin d’accélérer son expansion en France et à l’international.

Retrouvez notre interview de Sophie Cahen, au sein des locaux de Ganymed Robotics :



Les dates clés 
  • 2011-2013 : Project Officer chez AFD (French Development Agency)
  • 2013-2015 : Industrial Competitiveness Consultant chez AVENCORE
  • 2016 : MBA Candidate à l’INSEAD (Institut européen d’administration des affaires)
  • Juin 2018 : création de Ganymed Robotics

L’article FrenchWeb Talents : À la rencontre de Sophie Cahen, l’ingénieure à la tête de Ganymed Robotics est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

Le Club FW: les lobbys de la tech et leur emprise sur les politiques, l’impact de la crise sur les modèles d’investissement, en quoi les postures d’Elon Musk, Adam Neuman, Peter Thiel, Jack Dorsey, … sont elles symboliques de la tech

Frenchweb.fr - 4 septembre, 2022 - 10:43

Ce sont autant de sujets que nos invités débattent dans ce nouveau rendez vous que nous vous proposons tous les vendredis sur FrenchWeb.fr mais également les différentes plateformes de podcast (Apple, Deezer, Spotify).

FrenchWeb.fr a proposé à des personnalités de l’écosystème de venir partager leur compréhension et analyse des sujets clés qui font l’actualité. Vous pourrez ainsi retrouver Roxanne Varza, Jeff Clavier, Pierre Poignant, Odile Roujol, Stéphane Distinguin et dans ce 1er épisode Stéphanie Hospital, Patrick Bertrand et Marion Moreau:

  • Hausse du coût de l’énergie, guerre des talents,  comment la crise impacte elle les business?
  • Comment les modèles d’investissement sont il challengés par la crise
  • La polémique sur les darkstores pose à nouveau la question des lobbys de la tech et de leur emprise sur les politiques.
  • en quoi les postures d’Elon Musk, Adam Neuman, Peter Thiel, Jack Dorsey, … sont elles symboliques de la tech ?

Listen to « Les lobby de la tech et leur emprise sur les politiques, impacts de la crise sur les modèles d’investissement, …. » on Spreaker.

C’est l’occasion pour toute l’équipe de FrenchWeb.fr de vous souhaiter une très bonne rentrée dans un contexte particulièrement complexe. Nous vous proposons une nouvelle grille des programmes, orientés business à un momentum où les entreprises se concentrent sur leurs activités principales, optimisent leurs investissements et ont besoin d’identifier les meilleures pratiques et solutions qui leurs seront utiles en 2023 pour piloter leur croissance pendant cette période de crise. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez y participer.

Excellente rentrée à tous, et bon surf sur FrenchWeb.fr

L’article Le Club FW: les lobbys de la tech et leur emprise sur les politiques, l’impact de la crise sur les modèles d’investissement, en quoi les postures d’Elon Musk, Adam Neuman, Peter Thiel, Jack Dorsey, … sont elles symboliques de la tech est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

Travail dissimulé: Deliveroo condamné à verser 9,7 millions d’euros à l’Urssaf

Frenchweb.fr - 2 septembre, 2022 - 18:25

La plateforme Deliveroo, reconnue coupable de travail dissimulé, a été condamnée à verser à l’Urssaf 9,7 millions d’euros pour ne pas avoir réglé des cotisations et contributions sociales, selon un jugement du tribunal de Paris consulté vendredi par l’AFP.

Deliveroo France est condamné « à verser à l’Urssaf Ile-de-France la somme de 6.431.276 euros au titre des cotisations et contributions sociales, outre la somme de 2.489.570 euros au titre des majorations de redressement complémentaire pour infraction de travail dissimulé, et la somme de 756.033 euros au titre des majorations de retard provisoires », détaille le tribunal dans sa décision rendue jeudi.

La plateforme britannique de distribution de repas a dénoncé une procédure « ni régulière ni équitable » et annoncé son intention de faire appel

De leur côté, les juges ont estimé que les demandes de l’organisme de recouvrement étaient « parfaitement justifiées ».

« La SAS Deliveroo qui se définit comme une plateforme de mise en relation, ne se borne pas à mettre en relation des clients finaux et des restaurants partenaires, qui ne sont jamais en contact mais exécute elle-même la livraison des repas préparés par le truchement de livreurs, de sorte que la livraison relève indissociablement de son activité », écrivent-ils dans leur décision.

L’Urssaf reprochait à la plateforme britannique d’avoir dissimulé 2.286 emplois de livreurs en Ile-de-France entre le 1er avril 2015 et le 30 septembre 2016 et, en conséquence, de ne pas avoir versé les cotisations sociales afférentes.

« Cette décision est difficile à comprendre et va à l’encontre de l’ensemble des preuves qui établissent que les livreurs partenaires sont bien des prestataires indépendants, de plusieurs décisions préalablement rendues par les juridictions civiles françaises », a réagi Deliveroo.

« L’enquête de l’Urssaf porte sur un modèle ancien qui n’a plus cours aujourd’hui », selon la plateforme.

« Aujourd’hui, les livreurs partenaires bénéficient d’un nouveau modèle basé sur un système de +connexion libre+ qui permet aux livreurs partenaires de bénéficier d’encore plus de liberté et de flexibilité », indique Deliveroo, en rappelant sa participation prochaine au dialogue social organisé en France pour les travailleurs des plateformes.

L’article Travail dissimulé: Deliveroo condamné à verser 9,7 millions d’euros à l’Urssaf est apparu en premier sur FrenchWeb.fr.

Catégories: News monde IT

Pages

S'abonner à ybresson.com agrégateur - News monde IT

Contact

Une question, une remarque ?
Une demande de devis ?

Contactez-moi

A propos...

Yves Bresson, ingénieur en informatique, consultant freelance, spécialisé dans le développement web (CMS, PHP, Laravel, Ajax, jQuery, Bootstrap, HTML5, CSS3) et d'applications mobiles (iPhone, Android). Voir le profil de Yves Bresson sur LinkedIn